Menu
My burn-out
My burn-out

Pourquoi le burn-out maternel est-il tabou ?

Le burn-out maternel est encore un sujet très tabou dans nos sociétés. Beaucoup de femmes ne parviennent à se faire aider que lorsqu’elles ont franchi cette ligne rouge.

Cette ligne du burn-out, celle où le corps nous dit stop et nous empêche d’avancer.

Pourquoi le burn-out maternel est-il tabou?

Comment avouer à son conjoint, ses amis, sa famille et parfois même à soit même, sans être jugée que l’on a :

  •       pensé, même l’espace d’une seconde, à jeter son enfant par la fenêtre,
  •       eu envie de hurler, gifler ou frapper,
  •       eu envie de partir quelques jours à l’hôtel SEULE pour dormir et regarder la télé,
  •        pu douter de sa capacité et / ou envie d’être mère… ou même de les aimer

De telles pensées sont très culpabilisantes face à l’idéal de parents parfaits, avec des enfants parfaits dans un monde parfait. Pourtant, elles sont le plus souvent très classiques et tout à fait naturelles… Accepter ce type de pensées, ce type de pulsion mentale, c’est accepter l’imperfection liée à la condition humaine… Accepter et reconnaître ce type de pensées, c’est aussi les mettre à distance. Les reconnaître uniquement pour ce qu’elles sont : de simples pensées qui passent le temps d’un instant… et cette mise à distance permet d’éviter des passages à l’acte qui eux pourraient être graves…

Accepter et lâcher prise est définitivement la meilleure recette pour  faire baisser la pression de notre cocotte-minute interne et éviter des drames qui iront bien au-delà de la simple pensée.

La sophrologie est définitivement une aide précieuse dans ce type de cas, n’hésitez pas à lire davantage sur ce sujet.

Parvenir à accepter…

–       Chacune n’a pas les mêmes cartes en main. Certaines mères ont la chance d’être beaucoup aidées ou soutenues.

–       La sur-interprétation est dangereuse. Vous n’avez en effet aucune certitude sur ce qui se passe à l’intérieur de cette mère qui semble si parfaite. Qui vous dit qu’elle ne cache pas un grand chaos.

–       Se détacher du regard de l’autre et de son jugement est probablement le meilleur moyen de vivre plus heureux.

Lutter contre les images de…

–       Perfection qui n’existe pas et dont la définition varie d’une personne à l’autre.

–       Statut de mère absolument, intrinsèquement et continûment épanouie.

Bien sûr être mère c’est une aventure, une histoire incroyable mais elle comporte aussi des contraintes pénibles, des compromis avec nos envies propres, une dépense d’énergie intense qui en laisse certaines épuisées. 

Aussi, pour bien vivre, sans laisser la femme en tant qu’individu étouffer derrière la mère, il est nécessaire de prendre le temps de rétablir l’équilibre et l’harmonie en soi, pour soi mais aussi, à terme, au bénéfice de nos proches.

Véronique About

Véronique

Entrepreneur et sophrologue diplômée du CEAS à Paris et de la Sophrology Academy à Ashford, membre de la FEPS, je me suis spécialisée sur les problématiques de stress et de burn-out. N'hésitez pas à me contacter, pour toutes questions ou demande d'accompagnement en sophrologie.